Association Générations Banyuls

Bienvenue sur le blog de notre association

L'association vous invite à consulter et à vous abonner à ce blog (Voir la rubrique mode d'emploi dans le menu)

Posté par assogenebanyuls à 12:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 mars 2019

Bulletin 43

Bulletin Bleu 43-Web-page-001

Bulletin Bleu 43-Web-page-002

Bulletin Bleu 43-Web-page-003

Bulletin Bleu 43-Web-page-004

Posté par assogenebanyuls à 18:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 février 2019

compte-rendu assemblée générale du 9 février 2019

CR AG 2019 déf

CR AG 2019 déf

Posté par assogenebanyuls à 10:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 février 2019

nouvelles contributions au débat

nouvelles contributions au débat

Information locale : 4 voitures de gendarmerie, et leurs occupants, stationnent en fin de matinée devant la mairie. Le maire organise cette après-midi une session du grand débat national (que je préfère appeler le grand Bla-bla). Dans quelques temps notre grand président annoncera la grande victoire et le grand succès de sa magnifique idée qui a conquis le peuple. Victoire dont il va s’attribuer le mérite, surtout en évitant de compter le nombre de participants et en éliminant les questions et suggestions qui l’ont fâché. Louis XVI avait convoqué les Etats généraux qui eurent un grand succès. On sait ce qui est advenu.

lu sur le blog estictip

Il n'appartient pas aux maires de prendre en charge l'organisation du grand débat national. Ce n'est pas notre rôle. Donner une salle, oui ; être au contact avec les citoyens, oui ; mais pas organiser le débat. De plus comment assurer que la parole du citoyen sera entendue ?

C'est André Laignel, vice-président de l'association des maires de France qui le déclare sur France-Inter et il ajoute « Nous ne sommes pas compétents dans les domaines illustrés par la crise sociale. C'est au président de répondre aux demandes sur le pouvoir d'achat, sur la hausse du smic, sur le niveau des retraites, la justice fiscale, l'instauration d'un référendum. Comme il en est incapable, il essaie de noyer tout ça dans un débat. Ce n'est rien d'autre que de l'enfumage ! » déclarait-il encore au quotidien La Nouvelle République.

CSG

 L'une des revendications des Gilets jaunes porte sur la CSG et notamment sur la hausse qui pèse sur les retraités. (E. Macron a concédé l'abandon de cette hausse aux personnes gagnant moins de 2000 euros par mois mais la maintient pour les autres).

Ce qu'il faut savoir sur cet impôt

Cet impôt a été créé en 1991 par Michel Rocard (PS), alors premier ministre de François Mitterrand. Son taux était de 1,3 %. La CSG a été portée à 2,4 % en 1993 par Balladur (RPR), puis à 3,4 % en 1995 par Juppé (RPR), puis à 7,5 % en 1997 par Jospin (PS), puis à 8,2 % par Raffarin (RPR) et enfin à 9,2 % par le gouvernement Philippe/Macron (LREM).

Son but était de se substituer progressivement au financement de la Sécurité sociale. Mais à la différence des cotisations salariales et patronales, la CSG n'ouvre aucun droit. C'est un impôt versé aux finances publiques dans leur ensemble. Il s'ajoute aux diverses taxes dont le CRDS qui est resté à 0,5 %. Il est temps que ces hausses continues, sous tous types de gouvernement, cessent.

DB

Un voyage dans le temps qui nous laisse songeurs.

 « Les misères qu’on signale dans les villes et surtout dans les grandes sont principalement dues à la vie peu régulière, peu morale des ouvriers. Quelles bêtes brutes et féroces! Comment Dieu permet-il aux mères d’en faire comme cela! Ah, voilà les vrais ennemis et non pas les Russes et les Autrichiens! » Si on remplace les Russes par les Américains et les Autrichiens par les Allemands, quelle similitude avec ce que les élites de maintenant disent des gilets jaunes et pourtant ces paroles datent de 1848, elles ont été proférées par le Maréchal Bugeaud, célèbre pour sa conquête de l’Algérie. « Elles expriment très exactement la doctrine de ce qu’on peut appeler l’Antifrance : cette caste superbe qui se proclame la nation toute entière, en exile moralement ses ennemis politiques et, au besoin, avoue franchement contre eux ses préférences pour l’étranger ». Cette citation est de Morvan Lebesque, chroniqueur au Canard Enchaîné dans les années soixante, qui continue son argumentation en expliquant que « si les ouvriers avaient une vie peu régulière et peu morale, cela découlait nécessairement de leurs conditions d’existence : bas salaires, chômage, taudis, manque d’instruction, etc. Bugeaud refuse de voir en eux des malheureux, mais des maudits, pire que des maudits, des bêtes brutes et féroces. Ah ! Voilà les vrais ennemis, les vrais, les seuls et non pas les Russes et les Autrichiens (ou les Américains et les Allemands) »… Le même Bugeaud chargé de réprimer l’insurrection des 13 et 14 avril 1938 lançait à ses troupes « Il faut tout tuer. Soyez impitoyables. Il faut faire un abattis de 3000 factieux ».

            Aujourd’hui, les mots ont changé, on parle de fainéants, de bons à rien, les retraités sont des parasites, mais la doctrine n’a pas changé ; on ne tue plus les gens, on se contente d’en faire des morts sociaux sans espoir, sans avenir. Les héritiers spirituels de Bugeaud dressés à voter comme des moutons de Panurge n’hésitent pas à autoriser l'emploi d'armes dites non létales qui se contentent d’arracher des mains ou des pieds ou qui crèvent les yeux.

            Cette révolte est prémonitoire, quoiqu’il arrive des braises resteront sous la cendre, prêtes à redémarrer au moindre coup de vent. Si le pouvoir est suffisamment inconscient pour croire que des  envolées plus ou moins lyriques de plusieurs heures devant des foules polies et choisies vont changer la vie des gens, s’il pense calmer les maux de la société par quelques réformes dont le coût repose uniquement sur les impôts (pas un centime de pris  aux très riches), s’il croit que ce marché de dupes lui évitera de chercher à comprendre réellement ce qui se passe, le pire est à venir et il faudra alors rendre des comptes. Peut-être avec du goudron et des plumes...

            Et pour terminer ce dialogue dans la pièce Antigone de Sophocle : « Il n'est pas de pays qui appartienne à un seul homme !- Va donc régner sur un désert si tu veux gouverner seul !- O père, cesse de croire que toi seul a raison ! Tu veux parler toujours et tu n'écoutes personne ! » Cette pièce a été crée en 441 avant JC. On reste stupéfait par son caractère contemporain.

JYB

Démocratie participative ?

Le grand débat national de M. Macron se voudrait un modèle de démocratie participative. On en est loin quand on voit ce que concrètement un maire peut la mettre en œuvre.

Ainsi Jo Spiegel, maire de Kingersheim depuis 1989, veut faire de la politique autrement. Récemment, il rendait sa carte au PS. Voilà également 10 ans qu'il expérimente la démocratie participative avec ses administrés.

Sa dernière idée : créer une "Agora 15-20" : une assemblée participative réunissant élus, représentants d'associations et des citoyens cooptés. Ensemble, ces "agoracteurs" étudient toutes les mesures qu'entend prendre le maire pour la commune. Un concept qui est dans la droite ligne de ce que Jo Spiegel veut initier depuis une dizaine d'années dans sa commune : associer autant que possible les 13.000 habitants aux choix à faire dans la commune, être dans la plus grande transparence possible avec eux, pour casser cette "déprime démocratique" qui croît selon lui.
Jo Spiegel a annoncé qu'il ne briguerait pas un autre mandat de maire.

 

Le grand débat national à la sauce banyulencque

Cela a consisté le 8 février dernier, pour le maire de Banyuls qui a organisé la rencontre, à se mettre autour d'une table et à répondre à des questions préalablement rédigées par l'organisateur du grand débat. Autant dire que les réponses ne risquent pas de les surprendre… Pour s'en convaincre, allez voir la vidéo sur le site banyulsinfo à l'adresse : https://www.youtube.com/watch?v=I1yUrXtTwMM et vous serez édifié(e).

DICTATURE LOCALE ?

Le maire précédent que nous avons tous connu : JR nous a quitté. Mais il nous a laissé quelques souvenirs : deux ronds-points en deux ans à des prix proches 500.000 euros chacun, plus un passage à gué de 10 mètres de large et de 50 mètres de long qui ne mène nulle part, quasiment au même tarif que les R. Points. Les habitants de Banyuls avaient-ils vraiment besoin de ces machins autour desquels ils doivent  tourner ?  En ce qui concerne le gué sur la Baillaury que JR s’est empressé de faire construire, la réponse est connue, il ne sert à rien, cela est donc bien trop cher, quel qu’en ait été le prix. Comme si la commune était assez riche pour que leurs impôts soient dilapidés pour en faire n’importe quoi, car c’est bien le cas ici.

Pourquoi cette urgence soudaine à entreprendre  ces trois projets BTP lancés à la fin de son mandat, qu’en ont pensé les conseillers municipaux qui servent de conseil ? Car jusqu’à présent, les maires élus nous avaient épargné ces gênes notoires à la circulation ? Poser cette  question est déjà suspect, quant à la réponse… que je sache, personne en dehors du maire, n’avait demandé à construire ces ‘’machins’’ qui  n’apportent qu’embarras à tous ceux obligés, bon gré mal gré, de les contourner pour continuer leur chemin. Double peine : non seulement les habitants  de Banyuls et les touristes, subissons cette gêne mais en plus, nous les avons payés par nos impôts, bon gré mal gré (bis). Je me rappelle un maire du département qui m’avait indiqué : je reçois presque tous les mois des représentants des BTP (Travaux Publics) qui me demandent quels travaux ils pourraient faire dans ma commune : sauf exception, sa réponse était négative. Un retraité du BTP s’est mêlé à la conversation,  en nous dévoilant qu’il connaissait bien ces affaires, pour nous indiquer que certains maires recevaient une enveloppe d’environ 15% sur les travaux exécutés…  

Avant son élection, le nouveau maire élu en 2016 parlait de convivialité dans les documents publicitaires diffusés auprès de la population, qu’il serait à l’écoute des citoyens, etc.… Il avait des projets et des ambitions importantes qu’il a mises en œuvre (Travaux BTP bis) avec semble-t-il le soutien de son conseil municipal, hormis quelques démissionnaires et une opposition insuffisante.   

Front de mer.  Du point de vue esthétique, il faut reconnaitre que la construction des nouvelles terrasses est une bonne chose. Les mauvaises nouvelles ont été la réduction de la largeur de la D114 qui complique un peu plus la circulation. La disparation des nombreuses places de stationnement n’étant pas une bonne nouvelle non plus. Celles qui sont restées sont devenues payantes quasiment partout. Nul ne doute que les touristes auront noté ces conditions néfastes à leur porte-monnaie, surtout en cette époque d’alourdissement des impôts, puisque nous sommes arrivés en France à 45,3 de prélèvements ‘’obligatoires’’. Ces remarques ne vont pas attirer plus de touristes, le commerce local a du souci à se faire.

L’expérience des autres ne sert à rien, je m’explique : dans les autres villes et villages, les terrasses des cafés et des restaurants sont accolés ou contigües aux bâtiments où se préparent les repas et les boissons, apéritifs et jus de fruits. Le service de restauration en est grandement facilité, les serveurs servent sans risque et ne ‘’cavalent’’ pas à travers la route D114 très fréquentée en été.

À Banyuls c’est le contraire, par décision du maire et probablement de quelques (mauvais) conseillers, les terrasses ont été construites en face, c'est-à-dire de l’autre coté de la route D114.   Pour servir une assiette ou un apéritif, les serveurs doivent nécessairement traverser la route puis revenir au bâtiment qui prépare les commandes. La création de 10 passages piétons sur une distance de 150 mètres n’arrange rien : un record qui augmente le problème des multiples traversées des serveurs des bars et restaurants, en plus des touristes. Plus que bizarre, aberrant.

À partir de 16 - 17 heures durant une grande partie de l’été, les véhicules qui viennent de Perpignan vers Banyuls sont ralentis à partir de la plage des Elmes. Quant à  ceux qui reviennent d’Espagne en fin d’après midi, les traversées incessantes des serveurs allant aux terrassasses d’en face et revenant, arrêtent quasiment la circulation des véhicules qui passent au ‘’compte-goutte’’. A cela s’ajoute les personnes qui traversent d’un trottoir à l’autre.  C’est ainsi que se forment en été, des bouchons considérables sur la route de Cerbère, sur une distance allant de 3 à 4 kilomètres sinon plus, avec des centaines de véhicules qui roulent au pas ou sont carrément arrêtés. Tableau noir ? Non ceci est bien réel. Quelques  conducteurs demandent parfois à ceux qu’ils croisent : Pourquoi sommes-nous arrêtés ? Que se passe-t-il, y a-t-il un accident ? Non pas d’accident : c’est le maire qui a décidé de mettre les terrasses de l’autre coté de la route ! Autant vous dire que bien des conducteurs qui se sont trouvés coincés, détestent Banyuls et son système de circulation,  qu’ils risquent de ne pas l’oublier les années prochaines, avec en prime le prix du stationnement. Les commerçants vont regretter leurs votes.  

La solution -   La route D114 aurait du être mise à la place des anciennes terrasses et celles-ci construites à proximité des bâtiments comme cela se fait partout, favorisant une circulation fluide, sans bouchons quotidiens ni risques pour les serveurs et sans odeur de gazole…

Les ralentisseurs du maire. Cerise sur le gâteau, le maire n’aimant pas les voitures ni les conducteurs de voitures qui viennent à Banyuls, ceux-ci sont punis dès l’entrée de la ville à la plage des Elmes. Premier machin* en plastique  qui crée des ralentissements. D’où freinages puis accélérations après le machin, dépense de carburant et amortisseurs qui fatiguent ainsi que les passagers, triste accueil à l’entrée d’une ville dite « touristique ». Merci monsieur le maire, nous pensons à  vous chaque fois que nous passons sur ces machins détestables. Nous tâcherons de ne pas l’oublier aux prochaines. D’autant que 54% de la population de Banyuls est constituée de retraités qui ne roulent pas vite mais subissent quand même. Qui est visé par ces machins ? L’effroi de notre le maire pour la vitesse est tout à fait injustifié.

La descente de Banyuls vers la plage est équipée par le ’’comité d’accueil du maire de Banyuls’’ c’est à dire huit ralentisseurs avec des élévations et retombées sévères. Les Ferrari(s) y laissent leur bouchon de carter, leurs conducteurs doivent le savoir, puisque  je n’en ai jamais vues à Banyuls.  Tout le monde y passe bien obligé : les jeunes, les vieux, les autobus et les camions qui payent de leur personne en étant secoués verticalement, tant pis pour ceux qui souffrent du dos.  Ceux qui achètent du vin doivent rouler sur des œufs en escaladant ces machins imaginés par notre maire qui aime tant la convivialité, au moins sur le papier. Ma seule consolation,  c’est que les conseillers en prennent autant que ceux qui n’ont rien demandé ! Ce qui m’étonne, c’est le grand silence de la population devant ces installations détestables ! Qui a bougé ?

Quel prochain maire va supprimer ces huit machins détestables sur la descente de Banyuls et retirer les autres dispersés un peu partout ? Quel prochain maire va écouter la population du Puig del Mas qui réclame depuis une éternité un pont à deux voies ?

* Machins = superbe idée du maire de Banyuls qui signifie  ralentisseur et gêne à la circulation.

              Merci monsieur le maire.                                                    Béluga 2

 

 

 

Posté par assogenebanyuls à 14:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 février 2019

Grand débat national

premières contributions :

Le  "Grand débat", je n'y vais pas !

Dans une posture jupitérienne à l'instar de son nouveau mentor Emmanuel Macron, Jean-Michel Solé a présenté ses vœux sur le site de la commune debout dans son bureau et devant les drapeaux européens, français et catalans.

Nous apprenons que des cahiers de doléances sont à disposition  à l'accueil de la mairie et que des réunions publiques "où chacun pourra s'exprimer" seront organisées. On ne doute pas que la maire de Banyuls veut s'inscrire dans le Grand débat national de Monsieur Macron.

Qu'est-ce donc que ce Grand débat national sinon une imposture quand on sait que dès le 31 décembre dans son allocution aux Français, Emmanuel Macron a annoncé qu'il ne renoncera pas aux réformes programmées en 2019 : assurance chômage, fonction publique, retraites, réforme constitutionnelle…

Dans sa "lettre aux français" il reconnait que « les services publics [sont] trop éloignés, les salaires sont trop faibles, […] certains [ne vivent] pas dignement du fruit de leur travail, […] notre pays n'offre pas les mêmes chances de réussir selon le lieu ou la famille d'où l'on vient. Tous voudraient un pays plus prospère et une société plus juste. »

Mais d'avance il annonce : « Nous ne reviendrons pas sur les mesures que nous avons prises… ». En clair, il ne veut pas revenir sur les mesures fiscales les plus contestées : la suppression de l'ISF, le maintien du CICE pour 40 milliards d'euros, la baisse de la fiscalité des entreprises…

Pourtant les revendications sont bien connues : hausse du SMIC et des salaires, maintien des services publics, rétablissement de l'ISF, etc.

On le comprend, ce Grand débat national n'est rien d'autre qu'un moyen de tenter de reprendre la main , avec le soutien des maires que le président de la république a pourtant ignorés et méprisés jusque là. Il en appelle aux maires pour l'aider à résoudre la crise sociale et politique portée par les "gilets jaunes".

Est-ce là ce dont les Banyulencs ont besoin ? Ce GDN répond-il aux attentes exprimées par les jeunes, les femmes, les chômeurs, les retraités, les précaires, les classes moyennes et populaires et aux grands enjeux de notre pays ? Répond-il aux attentes de justice fiscale, de justice sociale, de participation citoyenne ? À l'évidence non. Macron cherche à gagner du temps. Il ne faut pas l'aider à poursuivre sa stratégie hostile aux intérêts du plus grand nombre. Voilà pourquoi je ne participerai pas à cette opération de diversion.

Dominique Baudry

 

DE LA JUSTICE SOCIALE

Les gilets jaunes ont exprimé leurs revendications au cours des nombreuses manifestations dans le pays depuis deux mois.

Le message pourtant clair a mis du temps à être entendu par l’exécutif qui y répond à sa façon.

Le grand débat voulu par Macron, une série de questions. Est ce une réponse ou une opération de communication pour redorer son image avant les élections européennes ?

« Le principe d’un débat public ce n’est pas de poser des questions aux français, ce sont les français qui vous posent des questions ».

Ce grand débat est faussé, il n'est tout au plus qu’une consultation, certains choix du gouvernement Macron n’étant pas remis en question ISF, CSG…  Qu’en restera-t-il dans deux mois quand les garants choisis par le gouvernement y mettront un point final ?

B F

 

Ce grand débat est en effet un piège… S’en emparer est sans doute un moindre piège que le boycotter, du moins c’est mon avis.

Dans mon quartier ce sont les adhérents d’EM qui  en masse font remonter leur réponses pour conforter le projet libéral de Macron.  

Si le débat nous met au travail c’est plutôt bien… 

L’intérêt c’est de formuler des propositions et non des réponses au questionnaire idéologiquement fermé proposé.

Mais aussi il faut les asseoir sur une vision collective.

Je n’ai pas de contribution à donner - du moins pour le moment- mais Alternatives économiques fournit des éclairages intéressants sur l’ensemble du débat, sur les dépenses publiques, sur la participation.

M-B F

 

Faut-il aller à la rescousse de Macron ?

Pour tenter de sauver les institutions et sa propre tête, Emmanuel Macron a lancé son « grand débat national », tout en déclarant qu'il resterait "fidèle à ses grandes orientations".

Pour preuve, sur le site internet du "grand débat", les questions sont soigneusement listées, tout comme les réponses possibles (un peu comme pour un examen du Code de la route).

Par exemple, à la question :

« Afin de baisser les impôts et réduire la dette, quelles dépenses publiques faut-il réduire en priorité ?»

Là, plusieurs réponses sont proposées (cases à cocher) :

- « les dépenses de l'État ;

- « les dépenses sociales ;

- « les dépenses des collectivités territoriales ;

- « je ne sais pas ».

Et on pourrait prendre bien d'autres exemples.

Revenir à l'ISF, supprimer le CICE, supprimer la CSG, baisser la TVA, augmenter le SMIC, etc. sont écartés d'office.

Il ne s'agit que d'accepter, de faire partager les réformes contre les retraites, l'assurance chômage, la Sécu, les exonérations fiscales…

Seulement voilà : selon un récent sondage, sept français sur dix refusent d'y participer.

CS

LE GRAND DÉBAT : un camouflage de l'attaque contre les retraites ! Les questions ...et les réponses toutes préparées! par exemple à la question "afin de financer les dépenses sociales, faut il selon vous .... 

- reculer l'âge de la retraite "augmenter le temps de travail

- augmenter les impôts

- revoir les conditions d'attributions de certaines aides sociales

- autres (préciser).

Et pendant que se déroule le grand débat avec des complicités de tous bords  les contre reformes devraient se poursuivre quoi qu'il arrive ;

Macron ne renonce à aucune. La majorité des gilets jaunes disent : le grand débat on le fait tous les week-end dans la rue !

A S

 

Et un commentaire sur le blog : "Association Générations Banyuls". Le voici :

Pas de cahier de doléances mais cahier de REVENDICATIONS la royauté c'est fini depuis longtemps!
Le grand débat est un écran de fumée destiné à noyer les véritables problèmes sous des questions surement légitimes mais pas primordiales.
Les revendications:
Fiscalité: sur le revenu: augmenter le nombre de tranches pour un impôt plus progressif et plus juste .Rétablir l'ISF. Tva :taux de tva faible pour produits de première nécessité fort pour produits de luxe
Taxer les transactions financières, taxer le kérosène et baisser les taxes sur l'essence. Prélèvement de l'impôt à la source pour les entreprises.
Démocratie: Les représentants du peuple élus dans des circonscriptions égales en population seront tenus de rendre compte à leurs électeurs régulièrement et obligatoirement.
Révision de la constitution.Cela constitue matière à débat national .Election du président, députés, sénat
Municipales: proportionnelle, moins de conseillers , conseillers rémunérés avec emploi garanti si non réélection.
Interdiction des démarcheurs commerciaux auprès des élus
Création d'une banque publique de prêt et d'investissement industriel
Développement des services publics de proximité.
Droit au logement.
Gratuité des transports urbains

Posté par assogenebanyuls à 15:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 janvier 2019

Bulletin 42

Bulletin Bleu 42-page-001Bulletin Bleu 42-page-002

Pour éditer en PDF et pour imprimer en particulier le bulletin d'adhésion cliquer ci-dessous

Bulletin_Bleu_42 

 

 

 

Posté par assogenebanyuls à 16:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
08 janvier 2019

MEILLEURS VOEUX

MEILLEURS VOEUX 2019

Posté par assogenebanyuls à 16:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
31 octobre 2018

lettre ouverte au maire de Banyuls-sur-Mer

Une Banyulencque nous fait parvenir cette lettre ouverte adressée au maire de Banyuls-sur-Mer.

Les signataires (et on peut l'imaginer bien d'autres habitants des "Roches blanches") demandent au maire que la commune prenne en charge l'entretien de la voirie du lotissement.

Vous pouvez manifester votre appui en vous adressant à l'un des signataires.

 

Posté par assogenebanyuls à 19:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 octobre 2018

utilisation du blog

Utilisation du blog

Pour atteindre ce blog taper assogenebanyuls.canalblog.com (ou passer par la recherche sur votre navigateur par exemple  en tapant : blog de l'Association Générations Banyuls - Canalblog

Vous arrivez sur la dernière annonce en date « postée » sur le blog de

l' "Association Générations Banyuls".

Vous pouvez à tout moment revenir au début du blog en utilisant soit le pictogramme " » au début de la barre de menu grise du haut, sous le titre, soit en cliquant sur Accueil du blog dans la colonne de droite.

Gardez dans vos favoris ce blog qui vous tient informé de l'activité de l'association.

Dans la colonne de droite : vous verrez la case Newsletter qui vous permet de recevoir un mail lorsqu’une nouvelle information est mise sur le blog,

Remplissez la case Newsletter (désolé pour l’anglicisme) avec votre adresse de courriel (E-Mail).

Une page s’ouvrira avec un petit questionnaire, et surtout ne pas oublier de recopier le pictogramme demandé (souvent un nombre dans une photo) dans la case idoine.

Vous recevrez rapidement un mail vous demandant de confirmer votre inscription. Ne pas oublier de le faire si vous voulez être réellement inscrit(e).

Si vous avez une difficulté, cliquez sur « Contacter l’auteur » en dessous de Newslette   r

Pour accéder à un article précis vous pouvez sélectionner la date probable, (calendrier), le mois probable dans « archives » ; l’information qui correspond à un critère du nuage de Tags (mots de tailles et de styles différents dans la colonne de droite).

Vous avez également accès aux articles par « catégories » et par « pages ». Toujours sur la colonne de droite.

En dessous du logo du blog «Association Générations Banyuls» et à côté du pictogramme « » pour revenir au début des articles publiés (utile lorsque vous êtes au niveau d’une sélection d’article) des menus déroulants vous permettent de retrouver rapidement des informations plus ciblées.

Les informations sur l' "Association Générations Banyuls" sont au niveau du menu déroulant "l'Association"

N’hésitez pas à ajouter des commentaires en bas d’articles et à faire des suggestions en cliquant sur « contacter l’auteur ».

Bonne navigation.

 

 

Posté par assogenebanyuls à 16:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Bienvenue sur le blog de l'Association Générations Banyuls

Vous découvrez ici le nouveau blog de l'Association Générations Banyuls.

Vous y verrez les derniers bulletins publiés ainsi que les dessins de DB.

Les informations apparaitront au fur et à mesure de leur parution.

L'ensemble pourra être consulté et devenir interactif.

Souhaitons que chacun s'approprie ce blog pour en faire un véritable outil de démocrtatie participative.

Dominique Baudry

président de l'Association Générations Banyuls

 

Posté par assogenebanyuls à 14:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]